Grand Chalon : S. Martin à l’écologiste M. Laoues « Vous avez des fourmis dans les jambes » à propos du Plan Climat Air Énergie territorial

Le président du Grand Chalon, Sébastien Martin a qualifié mardi en début de soirée,l’intervention de l’élu écologiste Mourad Laoués de « propos de meeting ». Les deux élus chalonnais sont intervenus suite à la présentation du rapport 17, inscrit à l’ordre du jour du conseil communautaire présenté par Landry Léonard, développant l’évolution du Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET).


L’ÉLU ÉCOLOGISTE ÉVOQUE DES SUJETS CHALONNAIS
« Ce plan devrait être le fil conducteur de toutes les politiques publiques, pour que nous agissions en cohérence entre les orientations qui sont affichées et les choix politiques que nous faisons.
Or on le voit bien, le Grand Chalon semble considérer le PCAET comme un document à part. En effet, des décisions structurantes pour le territoire sont en contradiction totale avec l’urgence climatique, et les mesures d’adaptation qu’il convient de prendre.

Alors il ne s’agit pas de se satisfaire des belles déclarations de ce Plan Climat Air Énergie Territorial, qui, je le rappelle, est une obligation légale, mais d’être cohérent dans nos choix. » devait rappeler M.Laoués. Poursuivant l’élu écologiste a remarqué : “certaines actions concrètes comme la prévention des inondations par ruissellement, en lien avec l’adaptation climatique évidemment.
Cependant les faits nous confrontent vite au manque d’ambition quand il s’agit de répondre à
l’urgence climatique. Quelques exemples :
– Le soutien du Grand Chalon pour le projet de centre commercial sur la place Charles de Gaulle,
alors que sur le plan climatique cela va à l’encontre de l’adaptation : outre l’émission de Gaz à Effet de Serre (GES) due à l’énergie grise de construction, on veut créer à cet endroit un îlot de chaleur, alors que les canicules seront régulières. C’est plus de végétal et moins de minéral qu’il faudrait.
– Le soutien du Grand Chalon à des projets de la Ville qui n’intègrent pas l’urgence climatique, aussi bien au niveau de la mobilité douce (rue de la citadelle), qu’au niveau de la nature en ville, puisque l’on n’hésite pas à couper des arbres au nom de l’esthétique (quai des messageries) et à remplacer des arbres prévus plantés dans un projet par des arbres en jardinière (place du Châtelet). Il faut savoir qu’un arbre en pot aura besoin toute sa vie d’être arrosé, alors que la pression sur la ressource eau ne fait qu’augmenter.”


POUR JUSTIFIER UNE ABSTENTION
Autres exemples :
– Le projet de demi-diffuseur, futur gros émetteur de Gaz à Effet de Serre et de pollution de l’air.
– Sur le plan de la pollution, la limitation de vitesse sur l’autoroute A6 de 130 à 110 km/h a due être
imposée par l’État et aujourd’hui, cette limitation qui devrait réduire la pollution, n’est pas
respectée. Ni l’État, ni le Grand Chalon, ni la société APRR ne font de campagne de sensibilisation
régulière. Avez vous demandé à la préfecture d’engager des contrôles de vitesse à cet endroit afin
que cette limitation soit prise au sérieux, pour le plus grand bien des riverains ?


On a également :
– Insuffisance des réponses aux questions des contributeurs à l’enquête publique et à la Mission
Régionale d’Autorité Environnementale. Au niveau de l’imperméabilisation des sols, par exemple,
c’est très insuffisant pour ce qui concerne les parkings, qui continuent d’être bitumés, alors que des
solutions (revêtements poreux) pour permettre aux eaux de pluie de s’infiltrer existent.
– Insuffisance aussi du versant solidaire du PCAET, puisque l’on sait que les plus fragiles sont les
premières victimes du changement climatique.
– Enfin sur la forêt, quand on regarde en détail l’action « Gérer de façon durable les forêts domaniales et communales », on ne voit rien de plus que ce qui est préconisé par le code forestier, les arrêtés préfectoraux et les orientations nationales. Quelle plus-value apporte le Grand Chalon ?
Je pourrais continuer ainsi, mais je termine par une dernière remarque : il manque un véritable plan d’actions, chiffré, pour garantir la mise en oeuvre de ces mesures. J’ai bien noté l’évaluation prévue pour ce PCAET. Mais la question est : Où ? Quand ? Comment ? et Combien ?


Nous verrons au Débat d’Orientation Budgétaire si les moyens de faire vivre ce Plan Climat Air Énergie Territorial sont donnés, ou s’il restera dans les archives des belles intentions.”


VOUS AVEZ DES FOURMIS DANS LES JAMBES LANCE S. MARTIN
« Ce n’est pas un meeting » a répondu Sébastien Martin à l’élu écologiste en notant « Je me méfie toujours des gens qui font des grands discours. Nous sommes des gens pragmatiques » en relevant « il y a 83 fiches actions dans le plan climat ». Le président du grand-Chalon a lancé à M. Laoués (candidat déclaré à la mairie de Chalon) «  vous avez des fourmis dans les jambes »…

A suivre….

Source : Vivre à Chalon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *