Nos 120 mesures

pour Chalon en 2020

Écologie, solidarité et implication citoyenne sont les trois engagements autour desquels nous rassemblerons les Chalonnaises et les Chalonnais pour imaginer la ville du XXIème siècle”  Mourad Laoues, tête de liste de Bien Vivre à Chalon 2020

Bien Vivre à Chalon 2020 a élaboré son programme de façon collaborative, en rassemblant les contributions et expériences de tous les citoyens chalonnais désireux de participer à cette aventure. Découvrez ci-dessous l’intégralité de nos propositions pour faire de Chalon une ville où il fait bon vivre. Pour une découverte plus synthétique de notre projet, vous pouvez également consulter le pdf présentant nos 40 premières mesures ou aller voir nos vidéos.

↓ Ou lire la version texte seul ci-dessous ↓

Une ville nature et respirable

Parce que nous devons nous protéger du réchauffement climatique, de la pollution et de la perte de biodiversité, nous amènerons de la végétation en ville et nous faciliterons une circulation plus respectueuse de notre santé et de l’environnement. Il nous faudra…

Végétaliser fortement la Ville et planter de nombreux arbres, pour amener de l’agrément, de la biodiversité, de l’ombre, de la fraîcheur, du vivant. L’avenue Niépce, la place de Beaune autour du kiosque seront des axes prioritaires ainsi que les axes qui relient les quartiers. Privilégier partout les espèces peu allergisantes, résistantes aux étés chauds et secs, destinées à vivre et grandir longtemps. Là où c’est possible remplacer le bitume et le béton par des zones de pleine terre végétalisées.

La végétalisation de la ville sera une trame verte reliant entre eux tous les espaces verts et les quartiers. A cette trame verte sera associée un plan de circulation piéton et vélo.

Multiplier les zones de sols perméables, végétalisées, pour lutter contre l’engorgement des réseaux d’eau pluviale, pour améliorer la qualité des cours d’eau grâce à la rétention de l’eau de pluie dans le sol, et pour limiter l’accumulation de chaleur en été.

Éviter l’artificialisation des sols en privilégiant la rénovation et la réhabilitation du parc immobilier existant plutôt que les constructions nouvelles. Revoir le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) pour l’adapter aux enjeux climatiques actuels, protéger les terres agricoles, les zones naturelles, en particulier les zones humides.

Associer les habitants volontaires à la création d’espaces plantés en pied d’immeubles et à leur entretien en collaboration avec les services de la ville. Installer les récupérateurs d’eau nécessaire à l’arrosage.

Encourager et aider les initiatives citoyennes sans but lucratif comme les jardins partagés, familiaux, pédagogiques, éducatifs autour de la biodiversité.

Encourager les propriétaires des zones commerciales à améliorer l’image de la ville par une végétalisation importante et durable de leurs abords.

Ramener de la biodiversité sur les rives de Saône sur les berges, en y implantant des structures végétalisées supportant les crues, constituant un refuge pour des espèces animales et végétales. Développer la biodiversité sur l’ensemble des autres zones humides chalonnaises : prairies inondables, cours de la Thalie, etc… S’assurer que ces espaces sont reliés entre eux et à la trame verte des espaces végétalisés de la ville.

Protéger les espèces animales nocturnes (insectes, oiseaux, mammifères) en préservant des zones non éclairées et en modulant l’éclairage public tout en obéissant aux exigences de sécurité.

Relancer la réhabilitation de la ligne de chemin de fer entre Saint-Marcel et Allerey et créer un tram-train Nord-Sud.

Porter au Grand Chalon un passage progressif vers la gratuité des transports en commun sur un réseau densifié, avec des horaires de passage fréquents et étendus. Créer des parkings relais gratuits supplémentaires aux entrées de ville et des navettes gratuites et fréquentes vers la ville, prenant en compte l’activité commerciale et les horaires de train.

Stimuler le co-voiturage en améliorant l’application Yvon, en la rendant plus visible et plus réactive, et en proposant des aides financières

Mettre en place la livraison au dernier kilomètre, en créant pour les commerces de centre-ville un service de livraison par petits véhicules propres à partir d’une plateforme relais située en périphérie de la Ville, évitant ainsi les gros camions.

Faire passer une partie importante du centre-ville en zone 30, permettant ainsi de supprimer des feux tricolores et de fluidifier le trafic. Les zones de partage, permettant une circulation apaisée entre tous les modes de circulation, où le piéton sera prioritaire, seront également développées.

Créer ponctuellement des évènements “ville piétonne”, pendant lesquels certaines zones seront ouvertes aux piétons, cyclistes et autres mobilités douces, et pendant lesquels les parkings en ouvrage (souterrains, …) seront gratuits.

Élaborer un Plan piéton et vélo, comprenant un budget, un calendrier, une liste des actions et des objectifs chiffrés d’augmentation de la part du vélo dans les déplacements urbains. Il sera construit en partenariat avec les usagers et les associations chalonnaises expertes sur ce sujet. Ce Plan intégrera tous les aspects des déplacements en ville, dont l’utilisation du vélo.

Créer partout où ils manquent, les tronçons de pistes cyclables permettant de trouver un itinéraire direct et sécurisé entre tous les pôles d’attractivité de la ville. Aménager en priorité les points noirs que sont la rue Monnot, la rue Boucicaut, la rue Général Leclerc, la rue de la Citadelle, le rempart St Pierre, le quai des Messageries. Développer les doubles sens-cyclistes.

Utiliser toutes les possibilités données par le Code de la route, qui commencent seulement à apparaître à Chalon (double-sens cyclable, sas au feu, trajectoire matérialisée au sol, etc…) Séparer le plus possible les vélos et les piétons pour une protection maximale de ces derniers.

Former les jeunes cyclistes, dès l’école élémentaire, afin que chacun sache circuler en ville en garantissant sa sécurité et celle des autres usagers. Renforcer les moyens matériels et humains, tels que pistes d’éducation routière, vélos mis à disposition des écoles, formateurs de vélo-école, associations.

Aider les particuliers pour l’achat de tout type de vélo, y compris des vélos d’occasion dans des lieux de l’économie circulaire. Soutenir les professionnels qui utiliseront le vélo à la place de véhicules à moteur (vélos cargos, triporteurs…).

Créer des stationnements pour les vélos, les trottinettes, à proximité immédiate de chaque équipement public et aux abords des commerces. Surveiller l’application de la loi qui oblige les constructeurs à prévoir des garages à vélos sécurisés.

Sécuriser les chemins de l’école pour inciter les enfants à s’y rendre à pied ou à vélo, pour satisfaire leurs besoins physiologiques d’activité physique, réduire les risques d’accident, les embouteillages et la pollution autour des écoles.

Faire de Chalon une ville étape attractive pour les cyclotouristes.

Protéger les sources et l’approvisionnement en eau potable, en particulier en encourageant l’agriculture biologique à proximité des puits de captage.

Prendre un arrêté « zéro pesticide ».

Instituer une information transparente sur les sites industriels classés Seveso. Faire connaitre aux populations les conduites à tenir en cas d’accident sur un de ces sites. Être vigilant sur les transports de produits dangereux, qui doivent être clairement signalés à la population et aux élus par une communication régulière. Suivre et signaler au public l’existence de sols pollués. Agir auprès de l’Etat, utiliser toutes les possibilités qu’offre la loi et appuyer les associations pour obtenir une dépollution des sites industriels pollués.

Remplacer progressivement les véhicules publics et de transport en commun par des véhicules propres (hydrogène, électricité, …) pour diminuer la pollution de l’air et l’émission de gaz à effet de serre.

Réguler le stationnement de bateaux de croisière polluants, privilégier un tourisme fluvial respectueux de l’environnement.

Une ville solidaire

Pour bien vivre dans la dignité sans la précarité, parce que des services publics de qualité nécessitent la protection des biens communs et le bien-être de nos agents.

Reprendre progressivement en main les services publics en régie municipale et communautaire. Les délégations de service public (DSP) seront strictement contrôlées, les cahiers des charges soumis à des critères écologiques.

Lutter contre la fracture numérique par la mise en place de formations gratuites au numérique, accessibles à tous, et d’un accompagnement du citoyen pour toutes ses démarches administratives.

Créer une Maison de la Transition Écologique et Citoyenne qui regroupera les initiatives particulières et collectives, et les réponses aux attentes des habitants : isolation des habitations, ateliers citoyens sur des sujets d’actualité, etc.

Aller vers un Revenu Minimum Social Garanti pour les personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Travailler à l’inscription de plusieurs quartiers dans le dispositif « Territoire Zéro Chômeur Longue Durée », en lien avec les associations.

Mettre en place un système de caution solidaire assurée par la collectivité pour permettre l’accès au logement à des locataires en situation sociale ou professionnelle précaire.

Soutenir les projets relatifs aux droits humains et des citoyens en travaillant étroitement avec les associations et structures locales œuvrant dans ce domaine.

Aider à l’installation d’entreprises industrielles ou artisanales vertueuses, à taille humaine, porteuses d’emplois durables, non délocalisables et ayant une bonne politique des déchets. Nous nous appuierons sur des critères écologiques, sociaux, des outils tels que le Revenu de Transition Écologique et les apports de l’économie sociale et solidaire. Nous redirigerons la commande publique vers les entreprises et artisans locaux, utilisant des techniques d’écoconstruction pour accompagner les mutations économiques du territoire. Nous encouragerons les coopératives de salariés (SCOP) et la municipalité sera présente au sein de sociétés coopératives d’intérêts collectifs (SCIC).

Rendre visibles et soutenir les associations œuvrant dans l’économie sociale et solidaire.

Lutter contre les friches commerciales du centre-ville en favorisant l’installation d’entreprises, de commerce local ou d’associations sociales, solidaires ou culturelles (en utilisant, le cas échéant, le droit de préemption).

Consommer moins et mieux grâce à un plan de développement de l’économie circulaire et de promotion du commerce équitable et à l’ajout de clauses environnementales et éthiques dans tous les marchés publics.

Faire de Chalon et du Grand Chalon un employeur exemplaire mettant l’humain au centre des relations avec ses agents. Améliorer ainsi le bien-être au travail des agents de la ville, pour garantir la qualité du service public et la mise en œuvre du projet politique.

Favoriser la création de coopératives d’habitants et développer l’habitat participatif et intergénérationnel.

Encourager l’utilisation des matériaux biosourcés (chanvre, bois, paille, ouate de cellulose…) et autres produits issus des circuits courts par le levier de la commande publique.

Mettre en location des parcelles municipales en bail long en contrepartie de constructions éco-responsables.

Une ville nourricière et économe en énergie

Pour engager d’urgence Chalon dans un programme de transition écologique dans tous les domaines, à commencer par l’énergie, les aménagements urbains, les repas collectifs, le tourisme.

Suivre et réduire la consommation énergétique des services et bâtiments municipaux en agissant sur les usages (niveau et plages horaires de l’éclairage public, information et responsabilisation des personnels et des usagers), et sur la rénovation des bâtiments publics, en priorité les plus énergivores.

Travailler avec les bailleurs sociaux pour réduire la précarité énergétique en rénovant ou remplaçant les logements vétustes ou énergivores.

Accompagner le parc privé pour l’isolation et l’adaptation des logements au changement climatique, été comme hiver.

Travailler avec les commerçants et leurs associations à la réduction de leur propre consommation énergétique (éclairage des vitrines, amélioration de l’isolation et fermeture des portes)

Choisir un fournisseur d’électricité d’origine renouvelable pour la collectivité.

Contribuer à la création d’une coopérative de production photovoltaïque, regroupant propriétaires et syndicats de copropriété, investisseurs particuliers ou professionnels pour l’équipement et l’exploitation d’un parc de panneaux solaires sur les toits, parkings, surfaces commerciales.

Étendre l’utilisation du réseau de chauffage urbain.

Lutter contre le gaspillage alimentaire dans les restaurants scolaires par des mesures simples (buffets, tables de partage, possibilité de se resservir) en y associant le personnel. Engager un partenariat avec les associations humanitaires locales pour la redistribution des surplus encore consommables.

Soutenir la mise en place d’une monnaie locale complémentaire en cartographiant, structurant et faisant connaitre les filières courtes du territoire. Y contribuer en acceptant la monnaie locale pour les services publics (stationnement, cantines) et en la redistribuant via les agents et les fournisseurs locaux.

Créer des débouchés pour la filière agricole et maraîchère locale en proposant des repas 100% bio et en circuits courts dans la restauration collective chalonnaise (cantines scolaires, portage de repas, seniors).

Créer une halle légère place de Gaulle pour installer un marché de producteurs locaux.

Augmenter la production locale pour les circuits courts : rétablir autant que possible une couronne de maraîchage autour dans la ville et dans le Grand Chalon.

Associer les habitants urbains à la démarche de production locale : soutenir les particuliers qui planteront autour de leur habitation, les associations qui porteront des projets de forêts gourmandes ou de vergers conservatoires, les projets d’agriculture urbaine, éventuellement via une régie agricole.

Aider à l’implantation de ressourceries et d’ateliers de réparation.

Inciter les habitants à réduire le volume d’ordures ménagères

Organiser un ramassage des déchets verts et développer l’installation de composteurs au plus près des habitants.

Remplacer tous les consommables plastiques par des matières pérennes (verre, inox) dans les structures municipales, et faire de l’absence de déchets plastiques une condition d’utilisation des locaux municipaux.

Une ville qui prend soin des habitants

Pour des services de qualité, une ville accessible et accueillante.

Améliorer l’hébergement d’urgence en favorisant l’information et l’aide aux associations agissant dans le cadre de l’accueil de chercheurs de refuge.

Lutter contre la fracture énergétique et l’insalubrité des logements et prévenir les risques liés par la mise en place d’une cellule de mesure et de veille contre le logement indécent. Inciter et accompagner les bailleurs pour rénover les logements concernés.

Adapter finement l’habitat à la population de la ville en soutenant le fractionnement de certains logements à destination des jeunes et des personnes âgées déjà présents d’une part, tout en attirant les familles par la fusion d’autres logements en appartements plus vastes d’autre part.

Travailler à la relance d’un programme avec l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV – à Chalon, Stade/Fontaine-Au-Loup, Aubépins, Prés-Saint-Jean) pour substituer aux collectifs actuels, en cours de désaffectation, des logements plus modulaires dans un environnement plus naturel et plus humain.

Aider à l’installation de personnels de santé dans la ville par l’accompagnement financier d’étudiants en médecine. En échange, ils s’engageront à exercer à Chalon pendant 5 ans quelle que soit la formation choisie (médecin, kinésithérapeute, etc).

Soutenir les associations qui défendent le droit des femmes à disposer d’elles-mêmes et qui contribuent à la prévention, l’information, l’écoute et le soutien dans les domaines liés à la vie relationnelle, affective, sexuelle et l’égalité femmes-hommes.

Limiter les sources d’ondes électromagnétiques en incitant à la mutualisation des antennes relais.

Renforcer le partenariat avec les missions locales, la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et les acteurs en lien avec les jeunes déscolarisés et sans solution, afin de proposer des accompagnements vers la formation et/ou l’emploi. Permettre aux jeunes qui sont employés momentanément par la Ville (par exemple lors de stages) la poursuite d’une activité ou d’une formation par une validation sérieuse et reconnue.

Mettre en œuvre des actions concrètes pour l’égalité des droits et des chances pour toutes et tous, en particulier en facilitant la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap.

Favoriser les liens entre les jeunes et les personnes âgées ainsi que les lieux de vie intergénérationnels.

Faire rayonner les activités de la Maison des Seniors sur le territoire chalonnais.

Choisir le dialogue, la prévention et la médiation avec des personnels formés, présents au quotidien et travaillant ensemble : concierges d’immeubles, îlotiers, éducateurs.

Créer une Maison de la Tranquillité Publique (MTP) pour permettre aux citoyens d’être accompagnés dans la résolution de différentes difficultés quotidiennes : médiation et apaisement, dépôt de pré-plainte, aide juridique, police municipale, associations d’aides aux victimes, travailleurs sociaux, encombrement de la voie publique, nuisances, etc. La MTP a vocation à être décentralisée dans chaque quartier pour la proximité. Un numéro de téléphone fonctionnant 24h/24 et 365 j/an ainsi qu’un site internet permettront de garder un contact constant entre la Ville et les citoyens.

Revoir le Règlement Local de la Publicité intercommunal (RLPi) pour le rendre : plus protecteur des citoyens et de la biodiversité (pollution lumineuse), de nos paysages, plus économe en énergie (enseignes et publicité lumineuse), moins dangereux sur la route (panneaux lumineux attirant le regard des automobilistes), libérant l’expression citoyenne (plus d’affichage citoyen, pour éviter l’affichage sauvage).

Créer une Brigade Verte, dont la mission sera :

  • la propreté de la Ville, pour l’agrément mais aussi pour lutter contre la pollution des stations d’épuration (un mégot pollue 500 litres d’eau)
  • la protection de l’environnement et la lutte contre la pollution de l’air.

La Brigade verte se déplacerait par des moyens adaptés aux lieux, notamment à cheval dans les parcs de la Ville.

Une ville qui donne le pouvoir d’agir aux habitants

Citoyens, entreprises, associations, élus, acteurs de la ville, serez associés en toute transparence à l’élaboration de projets et aux décisions qui vous concernent. Pour cela, nous proposons :

Mettre en place des commissions mixtes, avec pouvoir de proposition, de décision et d’évaluation, rassemblant habitants, associations locales, élus en charge du dossier, et services techniques avant tout projet municipal.

Prévoir un budget participatif de 5% du budget d’investissement de la Ville pour des projets destinés à améliorer le cadre de vie.Il financera des projets d’intérêt collectif construits et présentés par des Chalonnais. Ces projets seront sélectionnés en toute transparence et feront l’objet d’un vote éclairé de tous les Chalonnais de plus de 16 ans.

Organiser des Conseils de Quartiers indépendants, accompagnés dans leurs projets et dotés de moyens, dans tous les quartiers pour consultation et propositions. Donner confiance et envie aux habitants pour qu’ils s’impliquent dans la vie de leur ville.

Nommer un élu référent par quartier, connu des habitants, avec des permanences régulières et organiser des réunions fréquentes dans les quartiers par thèmes, par besoins.

Prévoir un grand débat public tous les deux ans pour faire le point avec les habitants sur les dossiers en cours et à venir.

Donner aux Maisons de quartiers des moyens plus importants, notamment la gestion de leur budget et une autonomie dans leurs choix pour lesquels nous rétablirons la confiance : elles seront des relais culturels, sportifs, pédagogiques.

Conforter le Conseil des jeunes, l’impliquer dans les Commissions d’élaboration de projets, lui donner le pouvoir d’interpeller le Conseil Municipal et intégrer des jeunes de chaque quartier jusqu’à 18 ans.

Valoriser et accompagner matériellement et en moyens humains toutes les initiatives prises dans les maisons de quartiers ou les établissements scolaires dans le cadre de l’apprentissage de la Citoyenneté et des actions d’utilité publique.

Soutenir les projets écologiques, citoyens et solidaires portés par les associations.

Créer un Droit de Pétition Citoyenne, pour que les habitants puissent provoquer un débat au Conseil Municipal ou un débat public, pouvant aboutir à un Référendum d’Initiative Citoyenne.

Installer des panneaux d’affichage dans tous les quartiers pour permettre l’affichage citoyen aux clubs et aux associations de communiquer sur leurs événements et initiatives.

Créer une Commission extra-municipale du Climat et des Solidarités pour représenter la Nature et les générations futures dans tous les projets, réunissant associations expertes et habitants.

Associer en amont les citoyens pour la construction de plans tels que le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal et expliquer clairement les enjeux. Publier assez tôt les dossiers des Conseils Municipaux et Communautaires pour permettre aux citoyens de se les approprier et d’avoir des réponses à leurs questions.

Organiser la transparence de la vie politique et des comptes publics, en facilitant l’accès des citoyens aux données publiques, aux critères d’évaluation et cahiers des charges des marchés publiques, en associant étroitement les minorités des conseils aux finances publiques et aux marchés publics.

Etablir, en concertation avec l’ensemble des associations, une grille d’évaluation claire et transparente pour l’attribution des subventions aux associations.

Permettre aux minorités du Conseil Municipal et Communautaire de mieux exercer leur mandat, leur accorder la possibilité de faire des propositions, comme c’est le cas à l’Assemblée et au Sénat, leur transmettre assez tôt les dossiers des conseils pour préparer ces derniers.

Une ville pour les petits et les grands

Parce que les enfants de notre ville ont le droit de bénéficier de conditions d’accueil agréables.

Convertir les cours de récréations en espaces végétalisés, protégeant de la chaleur, offrant aux enfants un contact avec le vivant, sur le modèle des cours « oasis ». Poursuivre les travaux d’isolation thermique au niveau le plus exigeant. En suivant le principe des cours « oasis », chaque cour d’école deviendra un lieu ombragé, qui ne surchauffe pas en cas de forte chaleur, fortement végétalisé.

Proposer un choix quotidien entre un repas carné et un repas végétarien dans les cantines scolaires dès le début de mandat.

Faire en sorte que le temps méridien des enfants se déroule dans un cadre apaisé et bienveillant en renforçant l’encadrement, en formant le personnel si nécessaire, en adaptant les locaux, en proposant des activités.

Coordonner tous les acteurs de l’éducation : de l’assistante maternelle à l’animateur de maison de quartier, de l’éducateur sportif aux intervenants dans les écoles, en passant par la PMI (Protection Maternelle Infantile), les enseignants et les parents. Contribuer à la formation des ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles), sur la base du volontariat, et en collaboration avec l’Education nationale, afin de mieux répondre aux enjeux de ce métier.

Améliorer les équipements des cours de récréation, même en élémentaire, en concertation avec les équipes, afin que les temps de récréation et de pause méridienne soient une vraie détente.

Soutenir les associations et les acteurs de l’éducation qui initient les enfants à la gestion des conflits, qui luttent pour la déconstruction des stéréotypes sexistes, contre le harcèlement et contre les discriminations liées au genre.

Améliorer le Programme de réussite éducative (PRE), en augmentant le nombre de familles concernées, diversifier la palette de professionnels associés, accélérer les prises en charge et débloquer plus rapidement les aides.

Organiser le réemploi pour lutter contre le gaspillage en utilisant au mieux le matériel scolaire financé par le budget en créant une plateforme d’échange et de partage entre les écoles.

Veiller à ce que la gratuité de l’école soit effective y compris pour les fournitures scolaires.

Étendre la proposition d’intervenants dans les écoles sur le modèle existant du sport et de la musique, à la danse, aux arts plastiques, à la photographie et à l’éducation à l’image.

Instituer un comité d’usagers de la restauration collective, composés de personnels, de parents d’élèves, d’usagers, d’élus, qui pourront avoir un regard sur l’organisation globale de ce service.

Développer les accueils de loisirs dans tous les quartiers en lien avec les maisons de quartiers afin de proposer davantage d’activités sportives et culturelles.

Réorganiser des accueils de loisirs dans un cadre naturel en s’inspirant des expériences scandinaves type école de la forêt, dans une perspective d’éducation à l’environnement.

Rendre possibles et accessibles les activités sportives et culturelles pour chacune et chacun, quels que soient son lieu de vie et sa situation personnelle : jeune, moins jeune, personne à mobilité réduite. En partageant la culture générée par le Conservatoire, l’Espace des Arts, l’Ecole d’Art, la bibliothèque : par le transport des spectateurs vers les lieux culturels, par le déplacement des spectacles dans ces lieux, par la création dans son lieu de vie.

Une ville du sport et de la culture pour toutes et tous

Parce que les habitants doivent trouver, là où ils vivent, les moyens de faire du sport et d’accéder à la culture…

Relancer les missions de territoire du Centre National des Arts de la Rue et de l’Espace Public dans toute la ville et tout au long de l’année.

Faire de Chalon LA ville référence de la photographie en redonnant des moyens au musée Niépce par le biais d’un passage au statut de Musée National, et en créant un festival de la photographie de portée nationale et internationale.

Faire évoluer les missions du personnel des Musées Denon et Niépce pour qu’ils puissent échanger avec le public sur les œuvres. Équiper ces musées d’audio guides multilingues.

Mettre en valeur le Musée Denon et communiquer sur son patrimoine archéologique provenant du Val de Saône.

Réfléchir à un axe touristique culturel en partenariat avec les villes de Dijon (invention du zoom par Cuvillier), Beaune (chronophotographie d’Etienne-Jules Marey) et Lyon des frères Lumière.

Rendre le centre-ville attractif en créant un pôle agréable et animé place de Beaune, autour du kiosque musical réhabilité jusqu’à la Place Général de Gaulle.

Se réapproprier la Saône en en faisant l’axe structurant de l’attractivité de Chalon. Les deux rives, centre historique et île Saint Laurent notamment, ont des atouts complémentaires. Le tourisme fluvial adapté à notre ville et respectueux de l’environnement et du Climat, avec des bateaux propres, sera encouragé. Le nouveau ponton d’accostage quai Sainte Marie sera renforcé dans son attractivité par une tyrolienne entre le quai Sainte Marie et le quai des Perrés sur l’île Saint Laurent. Sur cette même période sera expérimentée une navette fluviale entre Lux et la Prairie Saint Nicolas. L’ensemble architectural de l’ancien hôpital sera valorisé et pourra accueillir l’espace patrimoine et l’office du tourisme. Le déplacement de l’espace patrimoine permettra, sur l’autre rive, d’agrandir et de rénover le musée Niépce. Le Pont Saint Laurent sera réhabilité en espace partagé.

Faire des bibliothèques des lieux de savoir et donner accès au livre et à la culture numérique sur l’ensemble du territoire urbain en adhérant aux Contrats territoire-lecture.

Recréer des lieux publics partout où c’est possible en soutenant la création des Tiers-lieux culturels. Ces espaces, autres que les structures culturelles institutionnelles axées sur la diffusion, auront la volonté de se placer au cœur d’expérimentations artistiques, sociales, économiques, urbaines et politiques : espaces de travail partagés (coworking), fablabs, ateliers solidaires, café-réparation, revues et journaux en accès libre, ateliers d’artistes et d’artisans, espace petite enfance, auditorium, lieu dédié à la création numérique, espace jeux vidéo, bar et petite restauration à partir de produits locaux …

Décentraliser les pratiques culturelles en direction de tous les quartiers en s’appuyant sur le patrimoine de la ville et sur ses talents, et en permettant aux maisons de quartier de favoriser des projets ambitieux de pratique artistique.

Créer les conditions pour que les pratiques culturelles chalonnaises amateures puissent s’épanouir dans des lieux et avec des moyens adaptés.

Faciliter la réservation des locaux, équipements et matériels municipaux pour les pratiques sportives et culturelles, et rendre publique et transparente leur attribution.

Organiser des animations sportives et culturelles en direction des jeunes qui ne partent pas en vacances.

Créer un fonds d’aide au sport sous la forme de chèques-loisirs pour aider les familles à effectuer les démarches, financer équipements et licences.

Inciter les clubs à encourager l’accès des filles et des femmes aux pratiques sportives et à la création d’équipes mixtes.

Mettre à disposition un espace multisports de glisse adapté pour le roller, hockey, skate, BMX, monocycle….

Mettre en avant le handisport et aider à l’intégration de sections adaptées dans les associations sportives et les clubs.

Proposer aux associations sportives de prendre part aux missions de l’Espace santé-prévention et créer ainsi un ensemble Sport Santé Prévention. Inventer avec ces associations des incitations à la pratique sportive et des aides à la mobilité, s’appuyer sur elles pour développer le sport comme outil de promotion de la santé et du bien-être, et de prévention des risques psycho-sociaux.